Magazine n°285 – décembre 2013

Publié le 2 décembre 2013 dans Edito & Couvertures


 couv 285

La meilleure des défenses est l’attaque

 

Ayant eu le plaisir d’animer les conférences du salon Mics à Monaco, je vous fais partager les points principaux évoqués par Monsieur Dominique Wolton, directeur de l’institut des sciences et de la communication du CNRS (Centre National de Recherche des Sciences). Etudiant actuellement pour cet organisme, le rôle de la vie de nuit dans notre société, il affirme des réalités et pose de vraies questions. Il trouve notre monde de la nuit trop sur la défensive, se laissant faire à chaque nouvelle attaque alors qu’il est un des principaux pivots de la société. Nous sommes les derniers capteurs d’une journée de 24h. Des créateurs de l’imaginaire. Ses formules s’enchainent et il les développe. La nuit c’est l’impensé donc hors du commun. Un révélateur de la société qui dérive les tendances. L’envers du jour avec son côté illégal et la transgression. On constate une ségrégation positive ou perverse de la nuit communautaire. Le melting pot : musique, bruit, alcool, drogue, rend cette vie occulte aux yeux des « diurnes » qui le considèrent comme un no man’s land sans unité avec les différences des identités culturelles, linguistiques et stylistiques. Ces fuites aux dépens de la solitude, c’est un refuge. La nuit souffre d’une absence de légitimité alors que tout le monde y est passé ou y passera. Même si on ne la légitimera jamais, Dominique cherche à développer les communications humaines de cet univers et à le mettre en valeur à sa juste place.

 

La ville de Caen compte une quinzaine de discothèques pour un potentiel d’environ 200 000 habitants agglomération incluse, comprenant 22 bars fermant à 1h, 15 bars à 3h et 13 discothèques à 7h. En effet depuis 3 ans, suite aux modifications d’autorisations de fermeture tardive, passant de 4h à 2h, certains bars sont devenus des discothèques. Les bars subissent maintenant aussi une heure blanche. Le Cosy Room est un club familial fréquenté par les fils de grandes familles ; Maeva et Justin sont jeunes et proches de leurs clients. Ils prônent la mixité de clientèle avec la mise en place de grosses tables VIP s’amusant aux côtés du client solitaire qui lui ne boit qu’un verre mais danse et anime l’espace.

 

Pour terminer je retiendrai la citation de Tony Gomez, lors de la soirée des trophées de la nuit, rendant un hommage aux clubs de province “ A Paris on ne fait que vous imiter, bravo à vous ”

 

Nous vous souhaitons de joyeuses fêtes de fin d’année et vous donnons rendez-vous début février 2014 pour notre première édition de l’année.

 

Phil Borgogno

Phil Borgogno

Share on Google+Tweet about this on TwitterShare on FacebookPin on PinterestEmail this to someone