UMIH

L’UMIH et le GNC s’impliquent dans les différentes démarches de sensibilisation à l’alcool

Publié le 27 mars 2014 dans Informations syndicales


Alcool et lutte contre l’alcoolisme : Seuls 10 % de l’alcool consommé en France le sont au travers des établissements CHRD. Or les cafés, hôtels, restaurants, discothèques, au service des clients, sont encadrés par le code de la santé publique. Pour mémoire, tous les établissements sont titulaires d’une licence de débit de boissons leur permettant de vendre les boissons alcoolisées. A ce titre, ils sont formés et responsabilisés pour la vente d’alcool (ivresse publique, protection des mineurs, conduite en état d’ivresse, mise en danger d’autrui, etc.). Ces métiers font autant appel au savoir-faire qu’au savoir-être. En outre depuis de nombreuses années, l’UMIH s’implique dans les différentes démarches de sensibilisation et de prévention visant à informer les consommateurs sur les risques encourus par l’abus d’alcool.

 

Ambiance et maîtrise du bruit : Un contexte festif et convivial est par nature créateur de bruit. Pour leur part, les établissements s’efforcent toujours de le gérer dans l’intérêt de la vie locale et du respect du voisinage. Cependant, une baisse globale et réglementée du son dans tous les types d’établissements et pour tous les créneaux horaires, aurait un effet totalement contre-productif, avec une jeunesse qui déserterait encore un peu plus les établissements pour se tourner vers des soirées privées ou associatives illégales, dans lesquelles aucune règle (donc aucune protection du client) n’est appliquée. Conscients de cet enjeu de santé publique, l’UMIH et le GNC souhaitent anticiper et être un interlocuteur incontournable sur la problématique du volume sonore au sein des lieux de loisirs et de nuit.

 

Autorisations d’ouverture : Le régime de la licence de débit de boissons est déclaratif auprès des mairies sans aucun contrôle de légalité a priori par les autorités compétentes avant toute délivrance (outre l’obligation pour le déclarant de suivre la formation au permis d’exploitation), ce qui peut générer des ouvertures illicites de débits de boissons, source de concurrence déloyale pour les professionnels. Le maire est compétent en matière de police générale des débits de boissons. Il peut, en raison de circonstances locales particulières :

– prendre des dispositions nécessaires et restreindre les termes de l’arrêté préfectoral en fixant par exemple des heures de fermetures moins tardives ;

– interdire pour certains établissements la vente de boissons alcooliques pendant certains créneaux horaires ou réduire les possibilités de dérogations ;

– interdire la consommation d’alcool à certaines heures et à l’intérieur d’un certain périmètre géographique.

Il peut également prendre des arrêtés ayant pour objet d’édicter des dispositions particulières pour réglementer certaines activités bruyantes en vue d’assurer le respect de la tranquillité publique.

Share on Google+Tweet about this on TwitterShare on FacebookPin on PinterestEmail this to someone