AFEDD

Fermeture de la discothèque le Play Boy à Biarritz

Publié le 3 juin 2016 dans Infos


logo-afedd

 

L’organisation professionnelle scandalisée à la suite de la parution de l’article du 26 mai dans Sud-Ouest intitulé « Biarritz : un mois de fermeture administrative pour le Play Boy ».

 

L’AFEDD qui rassemble les exploitants qualifiés pour gérer les rassemblements dans les festivités nocturnes, avec des dispositifs validés par les pouvoirs publics, adaptés au maintien de l’ordre, est consternée par la décision prise par la Sous-préfecture de Bayonne. Les PME sont désarmées devant les atteintes à leurs droits d’entreprendre et de travail. Elles ne disposent pas de moyens de manifester en force devant les ministères et elles préfèrent choisir les voies judiciaires lorsque comme pour le Play Boy, cela est possible.

 

Au prétexte que certains trublions avaient fréquenté le Play Boy, la Sous-Préfecture sanctionne par un mois de fermeture administrative une petite PME spécialisée dans les loisirs, qui emploie 15 salariés qui se retrouveront au chômage, pour des faits de rixes entre personnes, à l’extérieur de l’établissement, mais malheureusement sur la place centrale de la ville.

 

Les entreprises de loisirs luttent contre cette violence urbaine, et elles en sont les premières victimes. Comment leur reprocher de ne pas savoir maîtriser l’ordre public dans la rue ? Et les condamner à une faillite personnelle. Il est vrai c’est l’État d’urgence dans le pays, on casse les vitrines, on charge les CRS et les responsables, qui doivent faire régner un peu de justice dans ce pays, sont contraints de sanctionner les victimes pour ne pas encourager encore la violence. Les touristes eux prennent la fuite de nos belles villes comme Biarritz, Paris, et les entrepreneurs rêvent d’exprimer ailleurs leurs qualifications professionnelles. La France était un pays de liberté.

 

Share on Google+Tweet about this on TwitterShare on FacebookPin on PinterestEmail this to someone