Congrès-UMIH-2015

62ème Congrès National de l’UMIH

Publié le 28 février 2015 dans Informations syndicales


2/5 décembre 2014, Nancy

Congrès-UMIH-1

 

Laurent Fabius ouvre le 62ème Congrès de l’UMIH

 

Devant plus de 600 élus et professionnels du secteur de l’Hôtellerie-Restauration, Laurent Fabius a ouvert le 62ème Congrès de l’UMIH : « chaque jour, dans vos restaurants, dans vos hôtels et dans vos cafés, vous contribuez à l’image de notre pays, en France et à l’étranger. »

 

 

Extraits du discours de Roland Héguy devant Laurent Fabius, le mardi 2 décembre.

 

« Dans notre vie d’organisation patronale, il y a un temps pour la mobilisation, tout particulièrement dans le contexte actuel, tellement difficile pour nos entreprises. A aucun moment, je n’oublie que mon rôle de président de l’UMIH est de vous tenir informé de l’état de notre secteur. De vous dire l’inquiétude et souvent l’exaspération de nos chefs d’entreprises. (…)

 

Parler de l’humain, cela demande qu’on prépare l’avenir. C’est tout le sens de notre participation au Conseil de Promotion du Tourisme que vous avez initié dans la suite des Assises.

Nous sommes déterminés à nous impliquer pleinement dans toutes les initiatives qui peuvent favoriser le développement touristique et l’activité des CHRD. Nous répondrons toujours « présent » quand il s’agira de soutenir de telles actions. Et croyez, Monsieur le Ministre, que notre soutien sera à la hauteur de nos attentes.

 

Mais pour que ces projets d’avenir aboutissent, il faut que les entreprises évoluent dans un cadre favorable. Elles n’ont que trop souffert ces dernières années de l’instabilité fiscale et réglementaire. Et je profite de l’instant présent pour vous dire, M. le Ministre, solennellement, combien nous avons été sensibles à votre soutien dans le dossier de la taxe de séjour.

Nous sommes pour l’essentiel des PME et des TPE, c’est la réalité de notre tissu. Et ces petites entreprises sont fragiles, elles se nourrissent de l’humain. Beaucoup d’entre elles sont d’ailleurs des entreprises en nom propre. Cela veut dire de petites affaires où des hommes, des femmes, ont engagé jusqu’à leurs propres biens personnels. Oui, ils ont besoin de visibilité pour pouvoir se lancer, pour continuer d’investir et d’embaucher. Cela paraît évident. (…)

 

Monsieur le Ministre, vous êtes l’architecte d’un grand projet pour le tourisme de l’horizon 2020. Ce projet, nous y croyons, nous le soutenons. Mais pour réussir, il faut dès  aujourd’hui nous rassurer nous redonner confiance (la confiance aussi, c’est humain), nous préserver de toute attaque ou initiative qui pourrait fragiliser les 220 000 entreprises françaises du tourisme. »

 

Extrait des réponses de Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et du Développement international.

 

« (…) L’une des priorités que nous nous sommes fixées, c’est à la fois le redressement économique de notre pays et son rayonnement international. Ma conviction est que le tourisme constitue un secteur stratégique dans ces deux domaines et que c’est notamment là qu’il faut concentrer notre action. (…)

Sur le plan économique, nous sommes dans une période compliquée et de changement. La fiscalité, notamment sur les entreprises, doit être au service du développement de l’économie: pour redresser les marges des entreprises afin d’attirer les investissements et les emplois, la politique fiscale doit envoyer des signaux clairs. Même chose pour le droit du travail qui doit être plus simple et lisible. Sans compétitivité, pas de croissance, et sans croissance, pas d’emplois.

 

(…) En juin dernier, lors des Assises, j’avais promis d’étendre à vos métiers la simplification voulue par le Président de la République. (…) Le Parlement vient de voter une disposition qui autorise le Gouvernement à agir rapidement par une ordonnance pour simplifier le cadre juridique et administratif applicable aux entreprises du tourisme. En clair, au premier trimestre prochain, les mesures de simplification qui répondent aux attentes légitimes de votre profession devront entrer en vigueur. Ces mesures concerneront des domaines-clés pour vous, comme la construction et l’urbanisme, la sécurité, l’accessibilité et l’environnement. C’est une priorité car simplifier vos démarches administratives, simplifier le cadre légal dans lequel vous travaillez, c’est vous permettre de travailler plus sereinement et de consacrer davantage de temps à votre cœur de métier. (…) »

 

Congrès-UMIH-4

 

Discours de M. Lutse, le 5 décembre 2014

 

« Mesdames, Messieurs, chers collègues, chers Présidents,

Madame la Secrétaire d’Etat chargée du Commerce, de l’Artisanat, de la Consommation et de l’Economie Sociale et Solidaire,

 

Conformément à nos statuts, l’assemblée générale de l’UMIH Cafés, Brasseries et Etablissements de Nuit s’est réunie sur deux jours travail et notre ordre du jour a été très riche.

 

Très riche sur les travaux que nous allons pouvoir continuer et traiter en collaboration avec les différents ministères.

 

La MILDECA, Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues Et les Conduites Addictives et l’UMIH Cafés Brasseries et Etablissements de Nuit ont convenu de travailler ensemble notamment pour que l’information et la sensibilisation intitulée « Réussir la fête », formation obligatoire pour les associations dans le département des Pyrénées Atlantiques imposée par le préfet, puisse être répandue sur l’ensemble du territoire afin de lutter contre l’alcoolisation des jeunes.

Dans ce cadre, la profession a demandé que la Loi Bachelot ne soit pas abrogée mais aménagée et modelée.

Au lieu d’être victime de sanction, nous sommes ouverts à servir de plateforme d’état pour aider la MILDECA pour que la jeunesse ne s’enivre pas.

 

Au ministère de la Santé, la Direction Générale de la Santé a préconisé à l’UMIH Cafés Brasserie et Etablissements de Nuit que cette formation imposée aux associations qui demandent une dérogation pour vendre de l’alcool serait une première pierre à l’édifice dans le cadre de la mise en place du référentiel festif inscrit dans le rapport de la MILDECA qui sera traité au premier semestre 2015.

De même nous allons travailler ensemble sur les articles du code de la santé publique qui réglementent notre profession et qui nécessitent une simplification.

 

Au ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie, l’UMIH, membre du Conseil National du Bruit, a participé aux travaux du groupe « Gestion des bruits de voisinage : bonnes pratiques des collectivités » et « Bruit et santé : gestion des lieux musicaux » qui a permis d’aboutir à des orientations vers un observatoire et une révision réglementaire du bruit du voisinage et à un avis qui préconise des recommandations que l’UMIH avait déjà mis en place au travers de l’opération « Monter l’ambiance baisser le son » à Lyon et Strasbourg et qui seront actés en assemblée plénière du CNB.

 

Avec le ministère de la Culture et de la Communication, l’UMIH Cafés, Brasseries et Etablissements de Nuit travaille depuis plus de 6 ans au sein de la plateforme nationale des Cafés Culture pour enfin aujourd’hui annoncer la tenue d’une assemblée générale constitutive du Groupement d’Intérêt Public (GIP) Cafés Culture, ainsi que l’extension à tout le territoire national du fonds d’aide à l’emploi artistique qui a été expérimenté par le conseil régional des pays de la Loire avec un très large succès.

Avec le ministère de la Culture, l’UMIH vient de ratifier la constitution du GIP et doit voir le jour de la nouvelle formation simplifiée d’ici la fin de l’année pour nos professionnels CHR.

L’UMIH et le SNAM-CGT ont signé le protocole de bonnes pratiques des Cafés Culture, permettant à tout établissement CHR de Vème catégorie d’organiser des évènements artistiques avec un minimum de contraintes administratives et financières.

L’UMIH est convaincue qu’avec une plus grande concertation entre tous les acteurs, nous continueront à faire des lieux musicaux des endroits de loisirs, d’échanges et de partage.

 

La SACEM, notre partenaire qui est intervenu sur le rôle de la musique dans nos établissements ; l’UMIH doit signer prochainement le nouveau barème pour les discothèques qui est plus simplifié et qui emmène depuis 2009 à une baisse de 18 %.

 

La SPRE ; avec l’évolution de nos établissements, qui font de la restauration, de l’animation, et utilise de la musique attractive, la SPRE taxe nos CHRD.

Aussi, l’UMIH Cafés, Brasseries et Etablissements de Nuit, souhaite avec le soutien juridique de la Présidence Confédérale rechercher les différentes possibilités pour revoir l’article 2 de la décision du 5 janvier 2010.

 

Avec la Délégation Ministérielle à l’Accessibilité, comme vous le savez, nous informons nos professionnels sur la nouvelle réglementation concernant l’accessibilité des ERP pour que nos établissements puissent recevoir les personnes handicapées.

 

Et enfin avec le ministère de l’Intérieur, plus précisément le Conseil National des Agents de Sécurité, l’UMIH Cafés, Brasseries et Etablissements de Nuit travaille en étroite collaboration avec CNAPS, pour informer les professionnels sur leurs obligations réglementaires et leurs responsabilités et professionnaliser le secteur.

Nos métiers comme vous pouvez le constater sont encadrés par le permis d’exploitation, les autorisations d’exercer, les déclarations, nos cafés, brasseries sont des lieux sécurisés. »

 

Congrès-UMIH-2

Share on Google+Tweet about this on TwitterShare on FacebookPin on PinterestEmail this to someone